(Le français suit)

October 18, 2010 – Ottawa The Macdonald-Laurier Institute today released its latest True North publication, From Rehabilitation to Recruitment, an in-depth look at the problem of prison radicalization – the recruitment and indoctrination of future terrorists within prison populations by fellow inmates. Authored by MLI Fellow Alex Wilner, From Rehabilitation to Recruitment is a timely look at how Canada can prepare to fight a problem that is already on the public policy agenda for our allies in the United States, Europe and beyond.

Wilner writes, "This paper does not take an alarmist view of the situation within Canada. But it does sound an alarm."

Compared to other countries, Canada's problem with prison radicalization is still limited. While the UK has sent nearly 200 people to prison for terror-related offenses since 2001 (nearly two-thirds of them British nationals), France has hundreds of hard-core extremists behind bars and incomplete US data suggest the American figure is certainly dozens and probably hundreds, the number of radicals in our prisons is low. Only 14 Canadians have been jailed for involvement in terrorism. But that number has been growing in recent years, and incidents like the Toronto 18, and the most recent alleged terror plot in Ottawa are proof positive that we cannot turn a blind eye to the facts nor assume that we are immune to home-grown terror in all its forms.

Prisons the world over are a fertile recruiting ground for radicals and terrorists. If we do not want to jail one terrorist only to release three, we need to take pre-emptive action based on the experiences of our friends and allies.

Now is the time to stop prison radicalization in Canada – before it starts – by following Alex Wilner's recommendations for preventative action.

MLI Managing Director Brian Lee Crowley, welcoming the release of this important study, said "By learning from our allies' experiences, we can reduce the likelihood that we will be creating terrorists in prison, rather than rehabilitating these criminals, and we will be protecting our communities at the same time."

From Rehabilitation to Recruitment outlines the extent of the problem in other countries, the ways radicalism can spread within prisons and the actions that can and should be taken to ensure that it doesn't happen here. Wilner notes, "Combating radicalization in Canadian prisons will require a strategy that isolates recruiters, denies extremists access to prisoners, and excludes radical religious service providers and extremist texts from prison." The suggested action plan also includes training of prison staff to recognise radicalization; ensuring that discrimination that sustain radical beliefs are stamped out within the prison system; improved programs to help imprisoned terrorists to disengage from violence and properly reintegrate into society.

Summary of key recommendations

• Identify how radicalization occurs in Canada. Study what it shares with the process in other nations and what specific patterns of immigration, demographics, ethnic politics, imported political traditions, and religious attitudes make a difference in this country.

• Deny extremists access to other prisoners. Find the right balance between placing them in special facilities, separating them from the general population and other hard-core radicals in regular prisons, and moving them frequently within the system to disrupt their social networks.

• Mine convicts for intelligence. Proper surveillance of those inmates who have not renounced radicalism can yield vital information about plots within and outside prison walls.

• Investigate how well various disengagement and de-radicalization programs work. The goal is important but we need to know much more than we do about which approaches actually succeed.

• Assist convicts in properly reintegrating into society. Most are not serving life sentences and those unable to find a normal place in the community are far more likely to return to hatred and violence.

• Exclude radical religious leaders from prison. Muslim inmates, like all prisoners, have a right to access leaders of their faith, but CSC must carefully screen prison imams before granting them access and then monitor what they actually say to prisoners once they are accredited.

• Provide educational services. These must include speakers and literature that present moderate ideas including a variety of interpretations of Islam so radicals cannot convincingly portray their own as the one true version.

• Screen prison libraries for radical literature. Prisoners should not be reading Mein Kampf , The Anarchist Cookbook or The Protocols of the Elders of Zion nor should they be reading radical Islamist manifestos advocating terrorism.

• Combat prison radicalization by fighting radicalization in society. If society generally, and Muslim communities particularly, more clearly and vocally reject terror and its justification those who find themselves in prison will also be less receptive and more aware of other interpretations.

• Deal sensitively with legitimate prisoners' grievances. If inmates' religious or other rights are violated, radicals will seize on these incidents to start promoting their message of alienation and hate.

-30-

For more information or to arrange interviews with the author or Brian Lee Crowley, please contact the Director of Communications, George Young at george.young@macdonaldlaurier.ca or call (613) 482-8327. Copies of the full report are available by request or can be downloaded at http://www.macdonaldlaurier.ca/FromRehabilitationToRecruitment/

The Macdonald-Laurier Institute is the only non-partisan, independent national public policy think tank based in Ottawa that focuses on the full range of issues that fall under the jurisdiction of the federal government.


Se prémunir contre la menace: La radicalisation des détenus au Canada

 

Ottawa – Le 18 octobre 2010 L'Institut Macdonald-Laurier (IML) a lancé aujourd'hui la dernière publication de sa série « True North », De la réhabilitation au recrutement, une analyse en profondeur du problème de la radicalisation dans les prisons – c'est-à-dire le recrutement et l'endoctrinement par des codétenus de futurs terroristes au sein de la population incarcérée. Rédigée par Alex Wilner, un fellow de l'IML, De la réhabilitation au recrutement arrive à point nommé pour voir comment préparer le Canada à faire face à un problème de politiques publiques déjà largement discuté chez nos alliés américains, européens et d'autres pays.

Wilner écrit que « cette étude n'adopte pas un point de vue alarmiste sur la situation qui prévaut au Canada. Elle sonne cependant l'alarme. »

En comparaison avec d'autres pays, le problème de la radicalisation des détenus reste modeste au Canada. Alors que le Royaume-Uni a envoyé 200 personnes en prison pour des actes liés au terrorisme depuis 2001 (deux tiers d'entre eux étant de nationalité britannique), que la France compte des centaines d'extrémistes dangereux derrière les barreaux et que les données américaines laissent entrevoir qu'il y en a sûrement des douzaines et probablement des centaines dans ce pays, il n'y en a qu'un petit nombre au Canada. Quatorze Canadiens seulement ont été incarcérés pour une participation à des actes terroristes. Ce nombre est toutefois en hausse depuis quelques années et des incidents comme celui des « dix-huit de Toronto », ou encore le plus récent présumé complot terroriste à Ottawa, démontrent clairement que nous ne pouvons plus fermer les yeux sur cette réalité ni tenir pour acquis que nous sommes à l'abri de la terreur sous toutes ses formes planifiée ici même.

Partout à travers le monde, les prisons constituent un terrain fertile pour recruter des radicaux et des terroristes. Si nous ne voulons pas emprisonner un terroriste pour ensuite en voir trois qui sont libérés, il nous faut prendre des mesures préventives inspirées de l'expérience de nos amis et alliés.

Le temps est venu de stopper la radicalisation des détenus en prison – avant même qu'elle ne commence – en suivant les recommandations d'Alex Wilner pour une action préventive.

Le directeur général de l'IML, Brian Lee Crowley, a souligné le lancement de cette importante étude en déclarant qu'« En nous inspirant de l'expérience de nos alliés, nous pouvons réduire les risques de générer des terroristes dans nos prisons, au lieu de réhabiliter ces criminels, et nous protégerons nos communautés du même coup. »

L'étude De la réhabilitation au recrutement donne un aperçu du problème dans d'autres pays, des façons dont les idées radicales peuvent se répandre à l'intérieur des prisons et des actions qui peuvent et doivent être entreprises pour s'assurer que ça n'arrive pas chez nous. M. Wilner affirme que « Le combat contre la radicalisation dans les prisons canadiennes exigera une stratégie pour isoler les recruteurs, empêcher les contacts entre les extrémistes et les autres prisonniers et exclure des prisons les fournisseurs de services religieux et de textes radicaux. » Le plan d'action suggéré inclut également la formation du personnel carcéral pour qu'il puisse reconnaître un mouvement de radicalisation ; des mesures pour s'assurer que la discrimination qui justifie les croyances radicales soit éliminée au sein du système carcéral ; et des programmes améliorés pour aider les terroristes incarcérés à se désengager de la violence et à retrouver une place convenable dans la société.

Recommandations principales

• Identifier les façons dont la radicalisation prend place au Canada. Identifier les points communs avec d'autres pays ainsi que les traits spécifiques reliés à l'immigration, la démographie, la politique ethnique, les traditions politiques importées et les attitudes religieuses qui sont propres à l'expérience canadienne.

• Interdire aux extrémistes accès aux autres prisonniers, soit en les plaçant dans des institutions spécialisées, en les séparant de la population générale ainsi que des autres radicaux dans les institutions régulières, ou en les transférant fréquemment afin de perturber leurs réseaux sociaux.

• Cueillir des renseignements parmi les détenus. Une surveillance adéquate des radicaux peut fournir des informations cruciales sur les complots à l'intérieur et à l'extérieur des prisons.

• Documenter les résultats des programmes de déradicalisation et de réinsertion sociale. Il est essentiel d'en savoir davantage sur ces programmes afin d'identifier les approches qui ont plus de chances que d'autres d'avoir du succès.

• Encourager les détenus à réintégrer la société. La majorité d'entre eux ne sont pas en prison à perpétuité et ceux qui ont de la difficulté à mener une existence normale dans la communauté sont beaucoup plus enclins à retourner à la violence et la haine.

• Exclure les leaders religieux radicaux des prisons. Les détenus musulmans ont eux aussi droit à des services religieux qui leur sont propres, mais les services correctionnels se doivent de sélectionner avec soin les imams avant de leur donner accès et de surveiller ce qu'ils disent aux prisonniers une fois accrédités.

• Fournir des services d'éducation. Ceux-ci doivent inclure des conférenciers et de la littérature qui présentent des idées modérées, incluant des interprétations musulmanes variées pour empêcher les radicaux de présenter leur version comme étant le seul véritable portrait de l'Islam.

• Passer les bibliothèques des prisons au peigne fin afin d'en éliminer les écrits radicaux. Les détenus ne devraient pas lire Mein Kampf , The Anarchist Cookbook ou The Protocols of the Elders of Zion, et ils ne devraient pas lire des écrits radicaux faisant la promotion du terrorisme.

• Combattre la radicalisation dans la société. Si la société en général, et les communautés musulmanes en particulier, rejettent le terrorisme de façon claire et forte, ceux qui se trouvent en prison seront moins réceptifs au fanatisme et plus au courant des autres interprétations.

• Traiter les plaintes des prisonniers de façon sensée. Si les droits religieux ou autres des détenus sont bafoués, les radicaux s'en serviront pour promouvoir leur message de désaffection et de haine.

-30-

Pour plus d'information, ou pour une demande d'entrevue avec l'auteur ou Brian Lee Crowley, prière de contacter le directeur des communications, George Young au george.young@macdonaldlaurier.ca ou 613-482-8327. De la réhabilitation au recrutement (en anglais, sommaire en anglais et en français) peut être téléchargé gratuitement sur le site internet de l'Institut, http://www.macdonaldlaurier.ca/FromRehabilitationToRecruitment/

L'Institut Macdonald-Laurier est le seul institut national de politiques publiques non-partisan et indépendant établi à Ottawa dont le mandat inclut l'éventail complet des dossiers qui tombent sous la juridiction du gouvernement fédéral.

MLI would not exist without the support of its donors. Please consider making a small contribution today.